192_tcm_10_6084AllianceEmploiEnvironnement

Pour la prochaine législature : une nouvelle Alliance Emploi-Environnement et un Ministre en charge de l’alimentation

Reçu récemment à Ciney, le Ministre wallon du Développement Durable Jean-Marc Nollet présentait, en compagnie de plusieurs entrepreneurs de la région, le bilan de la première Alliance Emploi-Environnement (AEE) réalisée en Wallonie. Signée en 2011 par une quarantaine d’entreprises privées et d’organismes publics, cette Alliance visait à coordonner une stratégie de réduction de la consommation d’énergie grâce à la construction ou à la rénovation de logements performants.

L’Alliance Emploi-Environnement est incontestablement une réussite :

  • 2.541.000 Mwh économisés en 2014, soit 586.020 T de CO2 correspondant à la consommation annuelle de 50.000 ménages ;
  • 34.800 emplois créés ou maintenus dans le secteur de la construction et de la rénovation pour la période de 2010 à 2014 dont 70% sont directement imputables à la seule AEE;
  • un gain de pouvoir d’achat de 215 millions d’€ chaque année pour les Wallons.

Et ce n’est pas fini… Cette méthode a indubitablement fait ses preuves en répondant concrètement aux défis de notre société : création d’emplois porteurs de sens et amélioration du bien-être de tous.

Le Président du Parlement wallon, Patrick Dupriez exprime dès lors sa volonté de voir naître, en Wallonie, de nouvelles AEE dans d’autres secteurs.

Au vu des enjeux environnementaux, sanitaires et économiques que nous avons à relever, le thème de l’alimentation durable doit être prioritairement retenu. En effet, notre système agroalimentaire est globalement lié à près de la moitié des émissions de CO2. Il contribue à une régression alarmante de la biodiversité et ne permet pas aujourd’hui de nourrir correctement la population mondiale, alors que près de 35 % des aliments produits sont gaspillés. Près de 70 % des dépenses de la Sécurité Sociale belge sont inhérentes à des maladies directement liées aux comportements alimentaires et la prévalence de celles-ci augmente de façon inquiétante.

En outre, les familles les plus pauvres sont les plus durement touchées par les conséquences de ce système. Ainsi, comme le signale Bernard De Vos, le Délégué général aux droits de l’enfant, « le risque d’être confronté au surpoids est triplé quand la famille est plus pauvre que la moyenne ».

Modifier en profondeur ce système alimentaire, de la terre à l’assiette et du local au global, comme nous y invite Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, doit donc être une priorité politique de premier ordre.

De nombreuses initiatives de terrain émergent d’ailleurs en ce sens et méritent d’être soutenues tandis que le nouveau Code wallon de l’agriculture et le Centre de référence des circuits courts créé par les Ministres Nollet et Marcourt sont des outils importants.

Une AEE centrée sur l’alimentation durable viserait à mobiliser et coordonner les acteurs privés, publics, associatifs … autour de projets concernant la production (agriculture, horticulture, pisciculture …), la transformation, la conservation, la distribution et la consommation de produits alimentaires en travaillant tant sur l’offre que sur la demande et la formation des travailleurs. à Bruxelles, l’AEE développée sur ce thème atteste d’ailleurs qu’un important potentiel d’emplois existe pour des personnes peu qualifiées dans le domaine de l’alimentation durable.

Il s’agit donc de réconcilier saveur, santé, environnement et création d’emplois par la relocalisation partielle de notre système alimentaire, en particulier en favorisant des circuits courts et une économie circulaire valorisant mieux les ressources.

Dans un contexte de mondialisation des échanges, seuls la qualité des produits et le développement de filières permettront à nos producteurs de survivre face à la concurrence de pays aux normes sociales, environnementales et sanitaires inexistantes.

En ce sens, la formation et l’innovation sociale et scientifique doivent jouer un rôle déterminant, en associant les entreprises du secteur agro-alimentaire et de la grande distribution, singulièrement celles qui s’impliquent dans le pôle de compétitivité WagrALIM qui emploient plus de 10.000 personnes en Wallonie.

Patrick Dupriez exprime son souhait de voir, au sein du prochain Gouvernement wallon, un Ministre en charge de l’alimentation et de la promotion de la santé, compétent en matière d’agriculture, de circuits courts ainsi que de la mise en oeuvre d’une Alliance Emploi-Environnement en matière d’alimentation durable.

Une manière claire de faire de l’enjeu alimentaire un sujet politique structurant en terme de Développement Durable.


Prendre connaissance du bilan de la première Alliance Emploi-Environnement en Wallonie (pdf).
L’alliance emploi-environnement en région de Bruxelles-Capitale.
Le rapport annuel du Délégué général aux droits de l’enfant est disponible en ligne.
Le site d’Olivier De schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation.

Visionnez quelques photos/vidéos de la soirée du 28 mars sur les Alliances Emploi-Environnement à Ciney.