C6R

Des nouvelles compétences pour la Wallonie : pour quoi faire et comment ?

Le Parlement wallon se saisit enfin des enjeux de la 6ème Réforme de l’État et a procédé, ce lundi, à l’installation d’une Commission spéciale chargée de sa mise en œuvre en Wallonie.

L’importance des transferts de compétences, de moyens (17 milliards d’euros) et de personnel vers les régions participe d’un mouvement qui déplace sensiblement le centre de gravité institutionnel de notre État et renforce le rôle et les responsabilités du Parlement wallon.

 Il n’y a pas de bons vents pour celui qui n’a pas de cap.

Notre responsabilité politique est avant tout d’anticiper et de tracer la route qui justifiera notre mobilisation.

La Wallonie hérite de compétences nouvelles, de moyens et de personnel.

Il nous revient de les accueillir mais aussi de les intégrer dans un système qui doit évoluer plus largement. Il faut saisir ces opportunités pour organiser mais aussi repenser le sens, les objectifs et les outils des politiques dont nous avons la responsabilité afin d’améliorer l’efficacité et l’efficience de nos politiques.

Pendant de longs mois les responsables des partis et des exécutifs ont négocié pour parvenir aux accords que nous connaissons. Il est temps que le Parlement wallon puisse participer pleinement à ce processus historique.

La Commission spéciale entendra et interpellera les ministres dans le cadre de ses misions de contrôle du gouvernement et aura prochainement à débattre et à voter les Décrets qui seront nécessaires pour mettre en œuvre la Réforme de l’État en Wallonie.

Elle établira un rapport de son travail avant la fin de législature afin de transmettre les éléments utiles à celles et ceux qui, au sein de la prochaine assemblée, poursuivront la mise en oeuvre en Wallonie des nouvelles compétences qui nous sont transférées.