Edito

prisons enfants

La grève dans les prisons entraîne de graves atteintes aux droits des enfants

Appel urgent aux Ministres Geens, Demotte et Madrane !

La situation dans les prisons est dramatique. Ce n’est pas neuf et la grève des agents pénitentiaires qui dure depuis plus d’un mois est à mes yeux légitime et compréhensible. Ses conséquences sont désastreuses pour la dignité et les droits fondamentaux des détenus. On le sait. Mais la prolongation de cette grève entraîne également des conséquences totalement intolérables pour les milliers d’enfants dont un parent est incarcéré. (suite…)



A nos portes…

stickers-trompe-l-oeil-porteJe ne sais pas vous mais cette fin d’année sent un peu la fumée. Pas une fumée blanche apaisante mais bien une petite fumée noire toute sale qui s’insinue sous la peau. En quelques mois d’une crise de l’Autre et de nous-mêmes, la liberté a volé une fois de plus en éclats d’ignorance et de stupidité. Cette fumée tenace ne pourra quitter notre peau que si on ouvre les portes et les fenêtres. Alors oui vous me direz qu’on a tous une porte différente. Blanche ou de couleur, en bois noble ou en acier trempé, vitrée par transparence ou opaque pour vivre caché des autres et surtout un peu de soi-même.

Cette porte parfois on l’entrouvre, on la ferme à double tour, on l’ouvre toute grande. On y entre sans devoir frapper ou en frappant très fort. Trop fort parfois. Parfois, on en perd la clé, on la change ou on y ajoute un verrou. Cela dépend de l’air du temps.

Parfois l’air passe quand même un peu, un air étranger à nous même, un petit air frais qu’on peine à reconnaître mais qui finalement enchante et fait du bien. Alors, on souffle le chaud et le froid. On ne sait pas très bien si cette porte, on doit la fermer ou l’ouvrir. Si on doit se fermer ou s’ouvrir. Parfois, on passe même par la fenêtre, c’est tout dire! Mais cette porte en ces temps fragiles, c’est un peu tout ce qui nous reste pour nous définir. On peut choisir de rester derrière elle ou devant elle. On peut l’ôter. La renforcer. La blinder pour rester sourd aux bruits du monde. En attendant, cette petite fumée noire s’infiltre par les interstices de nos portes. Elle ne passe que par là, que par ces failles. L’ouvrir et les failles disparaîtront. Cette porte est notre clé.

Pierre Dancot



Réveiller l’espoir : le premier job des écologistes !

10168149_10206022682510727_201544578103429137_n

Voilà pourquoi nous nous engageons et déposons notre candidature à la coprésidence d’Ecolo.

Nous assistons depuis une vingtaine d’années à une spectaculaire entreprise de démantèlement de l’autorité publique. Le totalitarisme financier rend de plus en plus obsolètes les rouages de la démocratie parlementaire. L’ensemble de la politique souffre puisqu’elle étale trop souvent son impuissance et, paradoxalement, ceux qui proposent de changer le monde plutôt que défendre le statu quo semblent être ceux qui en pâtissent le plus.

La défense de notre biosphère va de paire avec un modèle fondé sur la justice et la liberté. Un modèle de société qui favorise la sécurité des seuls opulents est inacceptable d’un point de vue moral mais aussi tout simplement insupportable d’un point de vue politique. Ecolo doit affirmer davantage sa singularité en s’adressant à tous.

(suite…)



Ancien citoyen-président, toujours citoyen engagé.

La bannière de ce site vient d’être modifiée en ce début juin 2014, à la suite des élections du 25 mai dernier.
« Patrick Dupriez, Président du Parlement wallon et tête de liste pour les élections régionales » est devenu « Patrick Dupriez, citoyen engagé ».
A la fois changement et continuité. Simple retour à l’essentiel.

(suite…)



Le jour d’après…

Capture d’écran 2014-03-14 à 16.32.03

Ce lundi, bien sûr, nous ressentons de la déception et un sentiment vif d’injustice.

Nous n’avons pas suffisamment réussi à convaincre les citoyens de la pertinence et de l’utilité de notre action. J’assume à cet égard pleinement ma part de responsabilité et nous prendrons le temps de l’analyse et de l’évaluation. A nous d’être capable de voir et de dire la lumière autant que l’ombre sans les diluer dans un gris insignifiant. (suite…)



Vive la slow politique !

Santé, éducation, économie, cohésion sociale, diplomatie, finance, environnement… dans tous les domaines de l’action politique les défis auxquels nous sommes confrontés sont de plus en plus complexes. Les aménagements à la marge et les réparations de fortune ne suffisent plus. (suite…)



Le Parlement wallon est en ordre de marche : reste à réenchanter la démocratie !

DP_bilan_1_PW

Si les Wallons se méfient des partis politiques, 80 à 90% d’entre eux tiennent tout de même à la démocratie… et au Parlement. C’est un signal ! Un signal que la voie du changement et du réenchantement de notre système politique devra également passer par la modernisation de notre système parlementaire et son ouverture vers les citoyens.

En l’espace de cinq petites années, le Parlement wallon est entré de plain-pied dans le 21ème siècle en réformant tant son fonctionnement que sa gouvernance. Il était temps ! Il doit désormais travailler au renforcement de sa légitimité et prouver sa capacité à innover et à prendre en compte la globalité et le long terme dans un contexte d’accroissement de ses compétences. Oui ! Notre démocratie parlementaire peut apporter sa contribution à un futur plus désirable et avoir prise, face aux forces du marché, sur les enjeux fondamentaux de notre région. En renforçant le travail parlementaire et sa valorisation ainsi que l’ouverture à la société et la participation citoyenne.

Après un peu plus de deux années à la Présidence du Parlement wallon, je me risque dans le texte ci-après un une forme de bilan de la législature écoulée et surtout à formuler une série de propositions pour améliorer le fonctionnement de notre démocratie régionale à partir du Parlement.

Rideau ! Le Parlement wallon est en odre de marche : reste à réenchanter la démocratie ! Propositions.



Ode à la statue de l’artiste inconnu

Comme en témoigne Quentin Dujardin depuis quelques semaines dans les médias, il est de plus en plus difficile pour un artiste, même reconnu, de vivre dignement en Belgique.

La réussite de quelques-uns ne peut cacher le fait que, culturellement parlant, la Fédération Wallonie-Bruxelles est un marché quasi totalement colonisé. (suite…)



Faisons tenuki…

Au go, quand une situation est momentanément bloquée ou trop défavorable, une tactique consiste à « faire tenuki », c’est à dire déplacer les coups à l’autre bout du plateau. N’est-ce pas ce que nous devons faire aujourd’hui concernant certaines de nos politiques ?

(suite…)



7 avril, je me souviens

7 avril, je me souviens
de cette angoisse glaçante, de cette épouvante qui m’a traversé et dont je ne mesurais pas encore l’ampleur de la signification,
de ces corps d’amis enfouis dans des fosses communes,
de ces amis emportés eux aussi par la peur et la haine,
et du courage d’autres qui ont résisté,
de nos aveuglements et de nos lâchetés, (suite…)