images

Sidérurgie : Solidarité wallonne, luxembourgeoise et lorraine

En vue de la réunion européenne sur l'avenir de l'acier qui aura lieu ce mardi 12 février, j'ai pris contact avec mes homologues présidents d'assemblée luxembourgeois et lorrains afin d'envoyer un communiqué commun marquant la volonté des parlements et des parlementaires de s'impliquer pleinement dans la recherche de solutions politiques solidaires et cohérentes dépassant les frontières des régions et Etats.

Nous avons tous été touchés par l'actualité sidérurgique de ces dernières semaines qui a, entre autres, suscité un débat important au Parlement wallon portant sur l'avenir de la sidérurgie dans notre région.

La sidérurgie est une activité historique structurante qui a participé pleinement au développement économique et constitué un important facteur du rayonnement international de la Wallonie.

Si ces temps sont révolus et même si les difficultés du secteur ont lourdement pesé sur l'activité, notre sidérurgie garde des atouts importants qui font qu'elle doit rester un des fleurons de notre activité industrielle.

Les entreprises de ce secteur comportent des outils performants, un personnel particulièrement qualifié et expérimenté, des centres de recherche orientés vers les technologies du futur, une localisation au coeur de l'Europe industrielle proche des ports d'Anvers et de Rotterdam, qui sont, en la matière, les infrastructures les plus performantes d'Europe.

Les sidérurgies wallonne, luxembourgeoise et lorraine, de par leur histoire et leurs atouts, ont un destin commun et il est donc impératif que les pouvoirs publics mettent en oeuvre des moyens juridiques et des stratégies politiques qui tiennent compte des intérêts écologiques, économiques et de santé publique afin d'aider cette activité capitale et de la protéger d'une concurrence discriminatoire basée sur le dumping social et environnemental.

Notre sidérurgie est confrontée à des logiques financières et industrielles qui opposent le droit de propriété à l'intérêt général et des coopérations transfrontalières intégrées à une politique industrielle européenne durable sont donc indispensables pour éviter que la mise en concurrence permanente des sites aboutisse à la régression constante de l'emploi et du savoir-faire dans nos régions.

En vue de la réunion européenne sur l'avenir de l'acier qui aura lieu ce mardi 12 février, j'ai pris contact avec mes homologues présidents d'assemblée luxembourgeois et lorrains afin d'envoyer un communiqué commun marquant la volonté des parlements et des parlementaires de s'impliquer pleinement dans la recherche de solutions politiques solidaires et cohérentes dépassant les frontières des régions et Etats.

En voici la teneur...

Monsieur Laurent Mosar,
Président de la Chambre des Députés du Grand-Duché de Luxembourg
Monsieur Jean-Pierre Masseret, Président du Conseil Régional de Lorraine
Monsieur Patrick Dupriez, Président du Parlement Wallon,

- tiennent à apporter leur soutien à la démarche de coordination transfrontalière de nos gouvernements qui se traduira, le 12 février 2013, par une réunion européenne sur le futur de l'industrie européenne de l'acier.
Notre plus vif souhait est que cette démarche traduise concrètement la volonté de nos exécutifs de refuser les logiques de concurrence et de développer a contrario une véritable concertation politique durablement basée sur la coopération et la solidarité.
Notre conviction est, en effet, que l'enjeu d'aujourd'hui est plus que jamais l'élévation du débat au niveau européen. Il s'agit de susciter et d'accompagner l'émergence d'une vision et d'une politique sidérurgique ambitieuse résolument européenne ;

- s'engagent, dès à présent, à échanger les informations sur leurs travaux parlementaires respectifs à ce sujet et à se concerter sur les suites, éventuellement conjointes, qu'il sera utile de leur donner pour que les élus de nos différentes assemblées puissent pleinement jouer leur rôle en intégrant leur réflexion à une échelle supra-nationale ;

- invitent la Commission en charge des Affaires économiques du Conseil Parlementaire Interrégional (CPI) à approfondir la réflexion sur l'avenir de la sidérurgie dans la Grande Région, telle qu'exprimée dans la recommandation du 2 décembre 2011 qui vise à développer une stratégie politique interrégionale, en se réunissant le plus rapidement possible et en associant exceptionnellement à cette réunion les présidents d'assemblée et les parlementaires européens des régions et états concernés.