seco bois

Visite de Mathy-by-Bols et de Seco-Bois (zoning de Mariembourg)

Fabricant de mobilier pour chambres d'enfant, l'entreprise Mathy-by-Bols mise résolument sur la créativité et sur la dimension écologique de ses produits pour se positionner sur un marché où les géants mondiaux font la loi.

L'entreprise familiale compte 34 travailleurs et travaille avec plusieurs designers indépendants pour assurer une diversité dans la conception de ses produits. Les collections sont extrêmement attractives avec des produits phares comme le lit cabane.
L'entreprise est passée récemment à un traitement de ses produits par laques à l'eau, moins polluantes et moins toxiques. Ce changement a nécessité une réorganisation de la filière de séchage, chauffée par les copeaux produits au sein même de l'entreprise.
Les produits sont conçus pour éviter au maximum les chutes dans les panneaux lors de la fabrication, et les assemblages simples et solides permettent de monter et démonter le mobilier à plusieurs reprises sans l'abîmer, il s'agit donc d'un investissement durable.
90% de la production est actuellement exportée en France, en Angleterre et à Singapour !

Les deux députés ECOLO ont été impressionnés par la vitalité d'une entreprise qui valorise une ressource naturelle de la région, le bois. Le volontarisme de Jean-Marie Bols, patron de l'entreprise, allié aux compétences de ses travailleurs et collaborateurs, assurent un bel avenir à une entreprise où créativité, écologie et économie font excellent ménage !

Toujours dans le secteur du bois, mais dans un tout autre domaine, Patrick Dupriez et Georges Gilkinet ont découvert Seco-Bois, une toute jeune entreprise de fabrication de pellets de chauffage. Les 7,6 millions d'euros investis ont permis de créer 20 emplois.
La philosophie de l'entreprise est de travailler avec des copeaux venus des scieries de la région proche (uniquement des déchets de bois, jamais de grumes) pour fournir les produits dans un rayon d'environ 200 km autour du site de production. Cela n'a en effet aucun sens d'importer du bois de Pologne pour fournir des pellets en Norvège.

Ce projet s'inscrit dans le plan Marshall 2.Vert et est soutenu financièrement par la Région wallonne à raison de 13% du montant investi.

Les rejets atmosphériques de la transformation des plaquettes sont limités grâce à un système de filtration performant. Contrairement au gaz et au pétrole, les granulés de bois ne produisent pas de CO2 durant leur cycle de vie (source : ADEME). La combustion de 25.000 tonnes de granulés de bois permet d'éviter le rejet d'environ 34.182 tonnes de CO2.

L'entreprise Seco-Bois se positionne donc dans la perspective d'un monde sans pétrole par l'utilisation raisonnable de la biomasse.

Option que n'ont pas manqué de saluer nos deux députés, qui ont par ailleurs apprécié la valorisation d'une importante ressource naturelle de la région !